HANDICAP. Trois questions à Mathilde, membre de l’Association des personnes de petite taille

VIDÉO. Mathide est atteinte d’une forme de nanisme, l’hypochondroplasie. Grâce à l’Association des Personnes de Petite Taille (APPT), elle commence à trouver son équilibre à 27 ans.

Quand as-tu ressenti que tu étais différente ? 

J’ai surtout senti cette différence à l’âge de huit ans, à partir du moment où j’ai déménagé, changé de ville et changé d’école. J’ai vraiment senti la différence par rapport au regard des gens. Au début, ils disaient : « Elle est petite donc il ne faut pas aller vers elle. » Ce qui m’a aidée ce sont les paroles de mes proches, car je n’ai pas beaucoup confiance en moi. Et au final, j’ai toujours réussi à faire ce que j’avais envie de faire.

Pourquoi avoir rejoint l’APPT  ?

Vers 23 ans, je commençais à me poser beaucoup de questions sur l’avenir. Un soir, j’envoie un mail à l’APPT. Pour moi, ça a été vraiment les plus rencontres que j’ai faites. Ça m’a appris qu’on peut tout à fait vivre normalement. Certes, on a une différente, mais on est des personnes normales.

Quelle est ta plus grande victoire ? 

C’est tout ce que j’ai entrepris. J’ai réussi à avoir mon BAC, mon BTS en hôtellerie restauration, à travailler dans les métiers que je voulais. Je commence à trouver mon équilibre à 27 ans. Tous les jours, je me prouve encore que ce n’est pas parce qu’on est de petite taille qu’on peut pas faire plein de choses.

Retrouvez son témoignage intégral en vidéo :