Katiba : “Je suis sereine et plus vivante que jamais !”

En rémission d’un cancer du sein, Katiba nous raconte comment elle a combattu la maladie et appris à aimer la vie.

  • Présentez-vous

Je m’appelle Katiba, je vis à Cannes dans le sud de la France avec mes deux fils âgés de 14 et 17 ans que j’élève seule. J’exerce la profession de gouvernante dans un palace sur la Croisette.

  • Comment avez-vous été diagnostiquée ? 

En juillet 2017, j’ai découvert une masse sur mon sein gauche, visible à l’œil nu mais indolore suite à un régime que j’avais entrepris et au cours duquel j’avais perdu 7 kg en 4 mois dont bien entendu de la poitrine. En aout j’ai fais une mammographie, suivi d’une biopsie, c’est alors que l’on m’a diagnostiqué un cancer du sein.

img_2652

  • Qu’est-ce que vous avez ressenti ? 

J’ai été choquée. Je ne pensais pas que cela pouvait m’arriver. Je n’avais pas d’antécédents familiaux, je ne fume pas et je ne bois pas. J’ai une vie plutôt équilibrée et un mental positif. Seul symptôme que j’avais, j’étais fatiguée. Je mettais cela sur le compte de mon hyperactivité. Et pourtant, on m’a appris que mon cancer avait démarré depuis environ deux ans, j’avais deux tumeurs de 35 et 25 mm. J’ai du alors subir une ablation totale de mon sein gauche. J’ai rapidement encaissé et accepté le combat.

img_4737

  • Comment vous sentez-vous aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, après cette épreuve difficile, je me sens bien. Bien que toujours un peu fatiguée à cause des opérations : ablation, reconstruction et la chimiothérapie qui m’a laissé des traces dans mon organisme. Je suis sereine et plus vivante que jamais. On m’a déclaré en rémission complète au bout de 9 mois. J’ai tout de même un traitement anti-hormonal à prendre pendant 5 ans. Je supporte mieux les effets secondaires depuis que je nage régulièrement.

  • Qu’est-ce que la maladie a changé pour vous ? 

La maladie ne m’a pas transformé mais a plutôt décuplé ce que j’étais auparavant. Je vis dans l’instant présent et apprécie les personnes qui m’entourent encore plus chaque jour. Durant cette épreuve, j’ai appris à me protéger un peu plus et j’ai apprécié les moments de solitude. Je me sens chanceuse, sereine et heureuse.

  • Quelle est votre passion ? 

Durant les moments difficiles, c’est ma passion pour la musique qui m’a aidé en plus de ma Foi. Je suis auteure, compositrice de chansons françaises et j’adore chanter. Entre chaque chimios, lorsque je me sentais un peu mieux, j’allais chanter. Il faut dire que la musique me donne de l’énergie. Elle est une source de bien-être évidente pour moi.

c65ce787-a262-452e-9a00-e164030a5c6e
  • Êtes-vous engagée ? 

J’ai un projet musical et caritatif  avec d’autres artistes qui prend forme. La cause des enfants, des personnes âgées, des malades me tient à coeur. Je n’aspire plus qu’à aider mon prochain, si je le peux, ne serait-ce qu’avec des mots.

  • La maladie a-t-elle renforcé votre relation avec vos proches ? 

Lorsque le 28 juin dernier, j’ai repris le micro et fait un concert, j’ai été touchée par le nombre de personnes qui sont venues partager cela avec moi. Chanter pour eux a été un moment incroyable de bonheur. La maladie a renforcé les liens avec mes proches, amis et famille.

  • Quels conseils donneriez-vous à un patient ?

Je n’ai pas de conseils à donner, je peux juste dire que la meilleure façon de combattre un cancer c’est de l’accepter et de croire en la vie. En gardant le sourire et la positivité, on ne se laisse pas assombrir et on ne tombe pas totalement car on se relève encore plus fort. Faire du sport, bien s’alimenter, prendre du temps pour soi, méditer valent à mon avis plus que n’importe quel médicament.

img_4740
  • Quel message souhaitez-vous délivrer à la communauté de We are Patients ? 

À la fin de ma chimiothérapie et en attendant la reconstruction, j’ai eu un passage à vide. Je me suis sentie perdue. J’ai alors écrit un blog sur Facebook que j’ai nommé : journal d’une guerrière. J’y raconte mon combat et ma Foi en la vie. J’ai eu des retours touchants de personnes qui se sont reconnues, ou qui ont mieux compris ce que vivent leurs proches. Le plus important est de prendre soin de soi, cela n’a rien d’égoïste bien au contraire, car cela permet d’être plus à même de prendre soin des autres. Alors faites vous du bien, soyez conscient que la vie est une chance et que la santé n’a pas de prix.