Romain : “Qui suis-je mis à part le garçon malade ?”

À 21 ans, Romain est atteint de la maladie de Crohn. Passionnée de sport, le jeune homme passe également beaucoup de temps avec ses proches qui l’aident au quotidien dans son combat contre la maladie.  

Présentez-vous 

Bonjour, je m’appelle Romain, je suis un jeune entrepreneur de 21 ans atteint de la maladie de Crohn ! Une maladie qui m’a longtemps fait souffrir et qui représente aujourd’hui toute ma force ! Cette énergie, je la met au service des autres et de mes passions qui sont le sport, les vidéos et l’entrepreneuriat !

Tu es un grand sportif, comment gères-tu la maladie au quotidien ?

En fait, le sport gère ma maladie ! Chaque matin, c’est le même dilemme, écouter la maladie ou bien la prendre par les mains ! Il ne faut pas s’imaginer que c’est facile tous les jours. C’est un combat difficile mais j’ai décidé d’y faire face ! Les moments de faiblesse et d’échecs sont fréquents, mais j’ai compris qu’ils font parti intégrante de la réussite !

capture-decran-2018-02-21-a-15-18-04

Comment as tu réussi à développer cette énergie positive qui se dégage de toi ?

Pour être honnête, je n’ai pas toujours eu cette énergie et cet état d’esprit, j’ai longtemps été dépressif mais j’ai eu énormément de chance d’être entouré dans les mauvais moments, par des personnes formidables à commencer par ma mère ! Je me sers beaucoup de mes échecs pour rebondir ! Ma force, je la tire de chaque personne que je rencontre, de chaque relation, de chaque sourire et de chaque regard !

Quel est ton défi ?

Mon défi est de rendre fiers mes proches et de prouver que mon handicap n’est pas une fatalité ! Je veux réussir de grandes choses pour pouvoir aider ceux qui en ont le plus besoin et ceux qui ont toujours cru en moi !

capture-decran-2018-02-21-a-15-11-03

Quel message voudrais-tu délivrer à la communauté de We are Patients ? 

Je voudrai sensibiliser les gens qui ne connaissent pas la maladie et l’envers du décor. C’est une maladie qui touche l’intimité, du coup nous même avons du mal à en parler ! J’aimerai aussi faire comprendre que chaque cas est différent et qu’il ne faut pas juger ce que l’on ne vit pas. Je dis souvent, nous naviguons tous sur la même mer mais nous n’avons pas le même bateau. J’entends par là, le fait que même d’un malade à l’autre, la navigation n’est pas la même, nous ne sommes pas tous atteints de la même façon, n’avons pas les mêmes symptômes, traitements ni les mêmes effets indésirables ! C’est pourquoi, on a tant de mal à se faire comprendre.

Et pour les patients – je ne suis pas médecin – mais une chose dont je suis sûr, c’est que notre environnement détermine notre état général alors essayez de vous éloigner le plus possible de tout ce qui vous génère du stress. Pour faire simple, trouvez une échappatoire ! Ne vous laissez pas ronger par la maladie. Peu importe votre situation, foncez vers ce que vous aimez, battez vous, apprenez à vous écouter, rêvez et faites tout pour vous en sortir !