Noëllie : “On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une !”

À 31 ans, Noëllie a déjà combattu deux cancers. Amoureuse de la vie, elle exerce depuis peu la profession de naturopathe. Une activité qu’elle a découvert à la suite de ses maladies. Jeune mariée, Noëllie nous raconte que son mari l’a demandé en mariage une semaine avant le début des traitements pour soigner son lymphome. Rencontre !  

  • Présentez-vous

Je m’appelle Noëllie, j’ai 31 ans, je suis naturopathe et jeune mariée.

  • Comment avez-vous été diagnostiquée ?

Alors malgré mon jeune âge (oui je me considère encore jeune ^^) j’ai eu l’occasion de côtoyer 2 fois le cancer. J’ai été diagnostiquée d’un cancer du rein en 2014 après des semaines et des semaines d’examens… Et ce après avoir fait du forcing pour avoir mes résultats de scanner… Ils avaient oublié de l’interpréter ! Ça a pris 3 mois pour m’entendre dire : « Ah oui y’a une chance sur deux pour que ce soit un cancer »… Une chance sur deux, drôle de façon d’annoncer la nouvelle non ?

Pour le lymphome folliculaire… C’est lors d’examens de contrôle pour le rein que nous avons vu que je brillais encore au tepscan. 2 ans et 2 biopsies pour découvrir ce lymphome indolent de bas grade. Là je crois que la médecin qui me l’a annoncée était plus choqué que moi.

  • Qu’est-ce que vous avez ressenti ?

Pour le cancer du rein, j’ai eu l’impression que le temps s’était arrêté. Je n’étais pas folle, je savais que j’avais quelque chose et on avait enfin trouvé. J’ai eu peur de mourir, j’ai eu peur que mon conjoint me quitte. J’ai pensé à mon frère qui pouvait potentiellement se retrouver seul si je ne m’en sortais pas et il m’a dit : “T’as pas intérêt de mourir, je n’ai plus que toi”.

J’en frissonne encore.

Pour le lymphome, c’était une claque comme un gong qui retentit. Encore une fois, je savais qu’il y avait quelque chose et même si la première biopsie avait montré qu’il n’y avait rien, je savais qu’il fallait aller plus loin. Et ça n’a pas loupé ! L’ORL qui m’a opéré et s’était avancée en me disant qu’il n’y avait rien de cancéreux quelques heures après l’opération a dû m’annoncer la présence du lymphome. Elle était bouleversante et bouleversée. J’ai pleuré un bon coup dans les bras de mon futur mari en sortant, j’ai appelé mon frère, j’ai de nouveau pleuré et je suis allée voir mon merveilleux médecin traitant après quelques recherches… Il a été d’une aide incroyable depuis le début.

  • Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui je me sens super bien ! Libérée je dirais ! Heureuse, reconnaissante et vivante !

  • Qu’est-ce que la maladie a changé pour vous ?

Ça va faire un peu cliché mais je dirais tout ! La maladie a complétement modifié ma manière de voir la vie et de la vivre. Orpheline depuis l’enfance, j’ai toujours vécu la vie comme un cumul d’injustices. J’étais en colère, je me demandais pourquoi encore moi, pourquoi encore nous ? J’avais l’habitude de dire : “je ne sais pas ce que je fais dans une vie antérieure mais je paye cher !”

Et puis en fait c’est une chance ! La maladie m’a permis d’évoluer de manière insoupçonnée spirituellement et émotionnellement. Je sais que mes amies ont du mal à comprendre quand je parle comme ça mais je le pense vraiment ! Je prends la maladie comme une alerte de mon corps pour que je sois attentive sur la vie.

Cette belle citation de Confucius résume assez bien ma chance :

On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une.

Alors que certains ont des prises de conscience tardives, j’ai la chance de pouvoir saisir ça à 30 ans ! Wahou ! Tant d’années de bonheur m’attendent ! La maladie a aussi amené mon mari a me demandé en mariage 7 jours avant le début du traitement de mon lymphome dans un monastère bouddhiste… Elle m’a aussi permis de changer de vie professionnelle pour quelque chose qui me sert à moi avant que je le partage aux autres : la naturopathie !

36223764_10216526973907596_3216133101075824640_n

  • Votre hygiène de vie a-t-elle changé ?

Mon hygiène de vie a essentiellement changé autour de l’annonce du lymphome. Ma belle-mère, d’une ouverture et d’une bienveillance extraordinaire, m’a fait découvrir France Guillain. J’ai ainsi adopté “le miam ô fruits au petit dej” et commencé les bains dérivatifs. À cela, il s’est ajouté la lecture du livre « Anticancer » du Dr David Servan Schreiber. Le livre cataclysme ! Il a confirmé une chose dont je prenais conscience au fur et à mesure : “quelque soit la situation, il ne tient qu’à nous de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Notre pouvoir d’agir est là, dans l’instant présent !”

  • La naturopathie, racontez-nous ?

Ah la naturopathie ! Vaste sujet ! La naturopathie est reconnue par l’OMS, comme étant la 3ème médecine traditionnelle, après la Médecine Traditionnelle Chinoise et de la Médecine Ayurvédique. Elle s’adresse à toute personne, de tout âge, qui souhaite retrouver ou conserver un état de santé optimal par des techniques exclusivement naturelles. Elle est une médecine qui prend en considération tous les aspects de la personne et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause ! Et ça, ça change tout !

Quand vous découvrez qu’il y a une autre manière de lire la maladie et qu’à côté du traitement allopathique vous vous pouvez agir ! Wahou ! L’impuissance laisse place à l’action et à l’espoir. Je me suis par ailleurs spécialisée dans des techniques manuelles et énergétiques notamment issues de la médecine Tibétaine et de l’Ayurveda.

  • Êtes-vous une femme engagée ?

Grande question ça ! J’ai toujours été de ceux qui se battent contre l’injustice. Pas que ceux qui parlent et observent… Ceux qui mettent leur manteau et descendent dans la rue. Et puis depuis quelques années, je me suis rendu compte que je ne voulais plus être dans la simple revendication, que je voulais agir au-delà. J’ai donc travaillé en association à destination des enfants et familles issues des quartiers populaires ou encore auprès de familles migrantes. Mais tout ça, ça use ! Psychologiquement et physiquement !

Aujourd’hui, j’ai choisi d’être engagée pour la vie et de tenter d’offrir un mieux être à celui qui voudra de mon « aide » à travers ma fonction d’éducateur de santé. J’essaie de mettre en place des actions pour être accessible à tous mais je ne laisserai plus ma vie personnelle passer au second plan. Je suis aussi engagée vis-à-vis de moi-même.

Je souhaite néanmoins proposer mes services gratuitement quelques heures par mois à l’hôpital en cancérologie.

  • La maladie a-t-elle renforcé votre relation avec vos proches ?

Je ne sais pas… Oui sans doute… Avec mon mari, en fait, c’est une évidence. M’aider à vivre 2 cancers en 6 ans de relation à tout juste 30 ans et me demander en mariage… faut en vouloir ! merci à toi et merci la vie ! Avec mon frère et mes ami(e)s… Je ne sais pas, nous étions déjà très proches.

  • Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui vient d’être diagnostiqué de la même pathologie que vous ?

En réalité, j’ai par chance été atteinte de deux cancers peu agressifs. Même si j’ai connu la peur, on ne m’a jamais dit que mon pronostic vital été engagé. Je ne sais donc pas comment on réagit à cela. Je leur dirai donc simplement qu’ils ne sont pas seuls, et je conclurais avec une citation :

La vie, ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est danser sous la pluie. Alors dansons !

  • Quel message souhaitez-vous délivrer à la communauté de We are Patients ?

Je souhaiterais juste vous dire merci ! Merci à vos équipes pour cette belle initiative, merci à tous ceux qui témoignent et qui transmettent une si belle énergie ! J’ai mis beaucoup de temps à écrire ces quelques lignes… Peu de gens sont au courant de ma maladie… Je la gardais sans doute secrète par pudeur et par du changement de regard à mon égard ! Et puis en fait, j’ai pris conscience qu’elle n’est pas moi, qu’elle ne me définit pas. Elle n’est qu’une aventure que je traverse avec en-vie jusqu’à la laisser au passé.