Céline a 36 ans et vient d’avoir son deuxième enfant quand elle apprend qu’elle souffre d’un lymphome et qu’elle va subir une autogreffe :

“On fait un prélèvement de cellules souches. C’est soit par prélèvement osseux, de moelle directement ; soit par cytaphérèse.” La cytaphérèse fut le cas de Céline. “C’est un peu comme une dialyse pour résumer. On a le sang qui sort d’un côté, qui est filtré, qui est réinjecté de l’autre, et on récolte des cellules souches. Ces cellules souches vont être triées, mises en traitement et congelées. Et on rentre en autogreffe.”