Julie : “D’où m’est venue l’idée des Franjynes”

Julie a 27 ans quand on lui annonce son cancer du sein en février 2015.
De nature plutôt coquette elle essaie de se renseigner et de savoir à quoi elle va ressembler pendant son traitement, mais voilà, les images qu’elle trouve sur internet ne lui plaisent pas.

“Quand on m’a annoncé mon cancer du sein, on m’a donné en même temps une pile de catalogue de perruques.
Donc je me suis acheté une perruque comme tout le monde… au total j’ai dû la porter 5 fois, mais je ne me sentais pas à l’aise, J’avais l’impression d’être déguisée et j’avais toujours peur qu’elle s’envole au moindre coup de vent.”

Au bout d’un moment elle décide d’abandonner la perruque et se met à nouer des turbans.
Elle retrouve dans ses accessoires une fausse frange qu’elle mettait parfois dans ses cheveux avant la chimiothérapie.
Un jour elle a l’idée d’attacher cette frange à son turban et reçoit une pluie de compliments.

triptique-des-franjynes

“Les gens ne pensaient plus que j’étais malade, ils pensaient seulement que c’était mon style, original certes, mais mon style. De plus, je retrouvais en nouant mon turban la même sensation que j’avais en me coiffant. Ça a donc eu un effet thérapeutique de nouer ce turban tous les matins, j’avais l’impression de me retrouver moi-même et j’ai beaucoup moins souffert de la perte de mes cheveux.”

C’est suite à cela qu’elle décide d’écrire un blog, spécialisé sur la gestion de la féminité pendant le cancer. Parce qu’en cherchant sur internet elle trouvait vraiment peu de solutions aux problématiques beauté durant le traitement.
Sur son blog, on peut trouver des astuces sur comment se maquiller quand on a plus de cils et de sourcils, quelles alternatives il existe à la perruque, quels vêtements sont plus agréables à porter durant les traitements, bref, tout ce qui en temps normal n’est pas expliqué quand apparaissent les effets secondaires.

photoblog