Yaëlle : “Jamais, je n’aurais imaginé qu’un nouveau-né pouvait être victime d’un AVC”

Yaëlle est la maman du petit Kerwan, 6 ans, touché par un double AVC à la naissance. Aujourd’hui, Kerwan ne parle pas et ne marche pas.

Kerwan est né à terme et rien ne s’est vu durant les échographies. Ses jeunes parents avaient remarqué des attitudes anormales dès le premier soir de sa naissance. Crise d’épilepsie, convulsions, Kerwan est mis dans un coma artificiel trois jours après sa naissance. Un mois plus tard, le diagnostic est posé. Kerwan a été victime d’un AVC qui a provoqué une hémorragie cérébrale.

Nous n’avons pas eu le temps de digérer la nouvelle. Il fallait vite mettre sa rééducation en place et faire les démarches afin que je puisse m’arrêter de travailler pour être disponible 24h/24 pour sa rééducation et en cas de crise d’epilepsie.

Le quotidien de Kerwan et de sa famille est donc rythmé par des séances de rééducation. En 2014, l’association “Kerwan 2 toi” voit le jour dans le but de financer ses rééducations mais aussi pour soutenir d’autres enfants et familles. L’objectif de l’association est également de faire connaître l’AVC pédiatrique qui est méconnu du grand public.

L’association a également pour but de bousculer les codes du handicap. Les gens ont peur. En effet, depuis la naissance de mon fils, des personnes anciennement proches ont pris leurs distances. Ça nous a permis de voir sur qui nous pouvions vraiment compter.

Kerwan a eu une petite soeur, il y a deux ans, qui a été une bouffée d’oxygène pour toute la famille. Elle se porte très bien et pousse son grand frère à se dépasser.

À vous aidants, souvent Maman, suivez toujours votre instinct. Vous serez toujours la mieux placée pour savoir ce qu’il faut pour votre enfant.

Ne pas baisser les bras et toujours avancer, tel est le leitmotiv de Yaëlle.

Kerwan est un champion qui nous épate chaque jour. Toujours le sourire, il ne se plaint jamais ! Avant sa naissance, nous n’aurions jamais imaginé que les enfants pouvaient être touchés par un AVC et encore moins un nouveau-né.

Entre 500 et 1 000 enfants sont victimes d’un AVC chaque année en France.